L'opéron lactose: conclusion

-> Introduction

-> Le répresseur

-> Présentation de l'opéron lactose

-> Régulation négative,
levée de l'inhibition de la transcription

-> Régulation positive, répression catabolique

Conclusion

L'induction de l'opéron lactose nécessite deux conditions, il faut la présence de lactose et l'absence de glucose.
Si on a présence de lactose et de glucose, l'opéron est faiblement activé (activité basale). En effet, dans ce cas, la protéine CAP est inactive car le taux d'AMPc est faible. Donc, en absence de CAP active, la fixation de l'ARN polymérase au promoteur est faible même si le répresseur a été inactivé.

La transcription de l’opéron lactose est donc sous le contrôle de deux protéines régulatrices :

  • le répresseur lacI se fixe au niveau de l’opérateur en absence de lactose et bloque l’ARN polymérase, il y a une régulation négative.
  • la protéine CAP (ou CRP), active sous forme d’un complexe avec l’AMPc, qui se lie à l’ADN et permet d'augmenter l'affinité de l'ARN polymérase pour le promoteur, il y a une régulation positive en présence de lactose.

 

Effets combinés du glucose et du lactose sur l'expresion de l'opéron lactose 

->  Index